Le jour d’après #25

Ciel bleu, soleil, température en hausse.

La photo d’aujourd’hui est prise à la lumière du matin. Je voulais photographier le pappus ou aigrette du pissenlit. Ce faisceau de poils, si fragile au vent me paraissait un parallèle intéressant à la situation que nous vivons aujourd’hui. Nous pouvons nous sentir vulnérables face à ce virus, comme les poils du pissenlit face au vent.

Mais ce matin, en faisant le tour des pissenlits, la nature m’a donné une petite leçon.

Si fragile que puisse être la tête du pissenlit; sa tige et ses racines, sont fortes.

Protégez-vous. Restez chez vous.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s