Belukha s’affichera sur le mûr

La famille de Belukha à craqué pour une des photos de la séance du mois dernier.

Ils ont choisi un tirage papier fine art, contre collé sur un médium. Bref un laminage bois.

Belukha, 3 mois

D’ici quelques jours, Belukha devrait avoir sa 3ème séance pour son 4ème mois.

J’ai hâte de voir comment elle a évolué.

L’observation…

Je vous en parle régulièrement, lorsque l’on prend le temps d’observer, on peut voir ces petites choses que nous réserve la nature.

Pour un projet (non photographique), je découpe des rondins de bois flottés. Voici ce que j’ai découvert sur 2 d’entre eux.

J’y vois des animaux. Voyez vous les mêmes que moi?

Prenez soin de vous.

Tenir le rythme

Tenir le rythme des articles publiés…je me suis fixée comme objectif de publier un article par semaine sur ce blog. Et cette semaine, avec une conjonctivite (c’est ballot pour une photographe) cumulée à une rhinopharyngite, autant vous dire qu’il n’y a pas eu beaucoup de travail photo et pas d’articles de rédiger!!!

Mais faut tenir le rythme…donc en ce samedi matin, je me colle à mon clavier et je trouve quelque chose à vous raconter!

Cette semaine, niveau photo, en faite ,j’ai commandé un tirage d’art grand format (50×70) d’une des photos réalisées la semaine dernière (qui illustre cet article) et pour laquelle j’ai un coupe de cœur (j’ai eu des retours positifs de l’extérieur dessus également). J’essaierai dans un prochain article de vous expliquer pourquoi, à mon avis, cette image fonctionne.

Trio dans le couchant

Saisir le moment et accepter de ne pas tout maîtriser…

Aujourd’hui, nous avons fait une rencontre surprenante à la plage. C’était un après-midi en famille, l’appareil photo était là pour garder ces moments.

Pour ma part, j’étais en train de jouer au Molkky, mon conjoint était avec l’appareil photo pour immortaliser mon écrasante victoire. Mon regard est attiré par un mouvement rapide sur la plage. Depuis que je fais de la photo j’ai constaté que je suis plus vigilante à ce qui se passe autour de moi, mon cerveau en veille, dès que quelque chose passe mon regard est attiré. J’ai d’abord pensé à un chien, puis je me suis aperçu qu’il avait des petites cornes…un chevreuil (les biches n’ont pas de cornes) ! Un chevreuil sur une plage à Roscoff!!! C’était du jamais vu. Et j’ai jamais entendu parlé des chevreuils à Roscoff.

Mais je n’ai pas l’appareil entre les mains! J’interpelle mon conjoint, il voit le chevreuil , et shoot avec les réglages qu’il avait à ce moment là pour immortaliser la partie de molkky. 1/100ème de seconde pour un chevreuil au galop c’est un peu juste, mais c’est mieux que de ne pas avoir de chevreuil du tout! On regarde sur l’écran, on voit le chevreuil , mais il y à l’air d’avoir beaucoup de flou. Alors on croise les doigts et on à hâte d’être sur l’ordinateur pour voir si on peu en faire quelque chose.

Personnellement, j’ai craqué pour une. Il y a du flou qui traduit bien le mouvement et la vitesse.

Biche à la plage

Ce garçon tout en bleu, la serviette qui vole un peu au vent, le chevreuil à peu près nette…ça aurait été dommage de rater cela car trop concentrer sur les réglages.

Je n’ai rien maîtrisé sur ce moment. Je n’avais même pas l’appareil en main, alors il y a un peu de frustration. Mais il n’y avait rien d’autre à faire à ce moment T. Il perd 5s à faire son réglage, on a pas ce cliché. Et si j’avais réclamé l’appareil…on avait pas de biche du tout, et je n’aurai probablement pas eu le réflex de changer le réglage.

Pour tout cela, parfois, le moment est plus important que la maîtrise.